vendredi 9 février 2018

Le Japon

Notre aventure nippone a commencé très fort... arrivés à Fukuoka le 19 octobre vers 8h30 en ferry, après le pays du matin calme nous voici au pays du soleil levant...

L'acclimatation de la conduite à gauche se fera sur les trottoirs en faisant comme les japonais, du slalom entre les piétons, parfois nous sommes un peu encombrants ! Petite musique zen pour passer les passages cloutés... Des japonais souriants nous parlent en japonais,”normal”, et devant nos têtes dubitatives nous lancent "Welcome in Japan"... " aligato! !"

Le défi est lancé: sans carte du Japon, sans un yen en poche, avec des téléphones à batteries faibles faute d'adaptateur électrique, pas de carte SIM, sans réservation d'hôtel mais un accueil Couchsurfing à 100km du port de Fukuoka, c'est sur le trottoir que Richard entre la trace préparée dans le GPS ...   
La première journée sera longue... "On verra bien!"...





Après avoir fait quelques banques sans résultat, c'est dans unsupérette "7 eleven" que nous trouvons un DAB... Nous allons pouvoir nous restaurer!!! Nous rencontrons Caroline et Kazou, nos premiers St Bernard Japonais, qui nous aiderons à trouver une " carte SIM traveler" pour nos tel, une carte routière, et nous donnerons de précieuses infos
Après un passage au poste de police pour avoir mal garé nos vélos, ça ne rigole pas... nos vélos, restés seuls 5minutes sur le trottoir, une demande d’enlèvement a été scotchée sur les guidons!  
Notre première nuit se fera à la guest house "bed box" où nous rencontrons Romain, un français installé au Japon! 
Le lendemain après les selffies... Nous sommes prêts pour l'aventure...
Le typhon Lan approche, nous allons donc rejoindre Sakura qui nous attend à Kitakyushu au plus vite...!
Nous prendrons la route de la montagne... un petit col qu'on pourra éviter en prenant la nationale...dans la circulation, ça monte bien quand: une voiture banalisée de police nous dépasse et nous fait signe de nous garer.
Ils ne parlent pas anglais... entre le mime, quelques mots d'anglais, des appels téléphoniques... nous comprenons que la route est interdite aux vélos!! Il parait que c’était écrit! 
Ils ont du mal à déchiffrer nos passeports... Richard les aide... avec le sourire, ils nous mettent en sécurité et nous voilà entre voiture de police et parapet de sécurité...   
1h30 plus tard une camionnette arrive, nos vélos sont montés dans la benne, nous prenons place dans la voiture de police et les 2 véhicules redescendent de 6km sur la petite route de montagne...!




Nous pédalons vers le col... Les japonais ne s'inquiètent pas du Typhon, mais nous recevons des infos peu rassurantes de l’extérieur... nous sommes encore à 80km de chez Sakura... la nuit arrive, avec de la pluie et du vent, et nous sommes en montagne!
Nous entendons la douce mélodie d'un temple, et demandons si nous pouvons y dormir... Un Ok de la main et nous posons pied à terre pour prendre la rampe... 50m plus haut, nous sommes à l'entrée d'un sous sol ouvert, avec bancs, tables, toilettes, électricité, et ... personne pour nous renseigner... Nous continuons notre visite des lieux à pied:
Une rampe d'escaliers nous mène à une terrasse immense occupée dans sa longueur par un "Bouddha couché", un peu plus haut, des statues coiffées de bonnets rouges, des allées aux portails rouges... bref un lieu magnifique! 
Toujours personne, la nuit est bien installée! Nous nous installons dans le sous sol pour bivouaquer à l'abri du Typhon Lan!  



Au petit matin, encore blottis dans nos duvets, des mouvements autour de nous nous réveillent... Nous apprenons que nous sommes dans la galerie marchande du temple Nanzo-in (le temple shinto au plus grand Bouddha couché du Japon)... la galerie ouvre bientôt, nous devons partir au plus vite... 
Le Typhon approche plus lentement que prévu... Nous reprenons la route vers l'Est... après la côte vient la descente vers Kitakyushu... L'approche du Typhon se fait sentir, le vent et la pluie froide nous stimulent... Nous arrivons chez Sakura à la nuit tombante, bien mouillés, frigorifiés... L'accueil chaleureux de nos hôtes est bienvenu, Yoshi nous prépare nos premiers Okonomiyakis! Un vrai régal!  




Nous passerons avec eux 2 jours bien remplis: concert de piano privé et public (musique du film), visite, cérémonie du thé... seul le départ sera triste!

Le soir nous quitterons l'Île de Kyushu pour celle de Honshu par le tunnel mythique de Kanmon qui a inspiré le dessin animé Chihiromusique notre vidéo joué par notre famille d’accueil. Pas de camping sur le secteur, la seule guest-house est toute contente d'accueillir des cyclo-voyageurs français!

Nous prenons les petites routes bucoliques (355, 224, 26) ça monte et descend abrupte... parfois on pousse... prenant le temps de contempler les villages et paysages très colorés: forêts de bambous, de chênes, de châtaigniers et d’érables ...

Le deuxième typhon pour nous (22ème pour le Japon cette année) approche après quelques jours d'accalmie...
Arrivés à Kano, un monsieur nous indique un camping et fait 3km à pied, parfois en courant pour nous y conduire. Personne sur place, la saison est finie! La dame réouvrira pour nous...
Dans la nuit le vent et la pluie nous réveillent... au petit matin sous une pluie diluvienne nous migrons vers le préau qui est en fait un restaurant d’été: tables, tabourets et barbecues tout ce qu'il nous faut...  






Nous réussissons à installer la tente et nous voilà réfugiés climatique pour 3 jours (du 27 au 30 octobre)... Nous nous chauffons au barbecue et vivons sur les réserves! Heureusement il y a de l’électricité et de l'eau! Impossible d'aller au village sous peine d'être trempés!!! 
Après la pluie vient le beau temps...

Nous choisissons le chemin le plus court (2 jours de vélo) pas forcément le plus facile pour rejoindre Hiroshima... Et à la sortie d'un tunnel, en pleine montagne, nous nous sommes laissés surprendre par la nuit... trop dangereux de continuer sur cette route assez fréquentée, nous bivouaquons sur un parking à côté des voitures, entre la route, la voie ferrée... et en prime les avions! La nuit sera longue entrecoupée de sommeil...





Après la route 15, nous prenons la 2 qui longe la côte d'Aki-Nada. De temps à autre nous 
apercevons la mer et le rivage. Pris dans le flot de circulation de l'agglomération nous passons Miyajima sans le voir et arrivons le soir à Hiroshima où nous sommes accueillis par Miki et sa famille. Nous mangeons un délicieux Ramen dans leur petit restaurant familial...
Hiroshima nous laisse sans voix, lieu de recueillement et de souvenir... Nous y passons la journée du 1er novembre, sur ce lieu si tristement célèbre, devenu un grand site de mémoire...

Après les séismes et le bombardement d'Hiroshima, les japonais construisent et reconstruisent les parcs et les bâtiments! Le château médiéval est reconstruit à d'identique! 





Pour quitter Hiroshima nous passons sur le pont en T, point visé par le bombardier car très facilement repérable. Nous pédalons en silence, et écoutons le silence dans ces lieux...
Nous reprenons nos petites routes sympas en parallèle des grands axes. Le soir venu le parking d'un sanctuaire en rénovation à Minaga sera notre refuge pour la nuit. 
Nous nous régalons des paysages, et expérimentons la traversée d'une route à la japonaise... drapeau en main nous arrêtons la circulation...   




Après une longue journée, nous arrivons chez Gisella et son mari des péruviens qui nous accueillent à Onomichi et nous mangeons dans le restaurant brésilien de Katia...Géant! 
Bon appétit! 
  Buen provecho!
     Bom apetite!
        Yoi shokuyoku! 




De là, nous prenons le circuit des 7 îles, pour profiter d'une des plus belles pistes cyclables du Japon... 
Quelques coups de pédales sur l'île Mukaishima, et au détour d'un virage: nous apercevons des "Gwen a du" drapeau de la région Bretagne...
Les voilà les bretons: Irène et Joël qui parcourent le monde dans l'autre sens depuis 4ans... Nous passerons l'après midi à bavarder ("dégouaser"), à partager nos expériences de nomade... nous avons tellement de choses en commun... le temps est trop court, et chacun reprend sa route... mais ce n'est que partie remise! 





Nous bivouaquons dans la cabane qu'ils nous onconseilléeun abri première classe pour cyclistes sur l'Île Ikuchjima. La pluie diluvienne nous incite à y rester pour une deuxième nuit...

Sur les pistes dédiées, rampes à 3% pour monter et descendre des ponts,
nous pouvons admirer les paysages et les infrastructures japonaises! 
La piste cyclable du pont Innoshima est sous le tablier dans la structure du pont.
Tatara Bride ressemble au pont de Tancarville... sous un pilier, en frappant dans nos mains nous entendons une résonance en écho dans les aubans...
Le 9 novembre nous bivouaquons au pied du pont de Kurushima-Kaikyo qui mesure 4105m de longLe lendemain nous accédons au pont par une belle piste cyclable... Chaque pont a sa particularité, et chaque île a son chantier naval avec des cargos en construction... 





Nous voici sur l'Île de Shikoku, l’île des pèlerins... 
Le château d'Amabari est un des trois "Mizujiro" littéralement « Châteaux dans la mer » au Japon. Il est construit au XVII ème siècle par un "daïmyo" (puissant gouverneur féodal) ou "Shogun" que l'on peut traduire par « grand général pacificateur des barbares". 
Il abrite un petit musée d'armures de samouraïs, mais de ces tenues très codifiées nous n'en saurons rien: tout est écrit en Japonais! Dommage! 





Le pèlerinage des 88 temples sacrés shinto ( temples rouges) fait le tour de l'île...
Nous en ferons seulement quelques uns, et quelques autres non répertoriés, très surprenants. Le rituel du pèlerin est très codifié, dans une fontaine, avec une louche de bambou, il se lave la main gauche puis la main droite, se rince la bouche. Ensuite va prier, et frappe 2 fois dans ses mains avant de repartir. 





Nous bivouaquons dans les jardins publics... à Tadotsu, nous profitons d'un grand espace en front de mer, où le carillon mélodieux du temple tout proche nous berce ... Et, au petit matin, le jour juste levé, une armada de jardiniers s'affairent autour de nous, nous sommes réveillés au bruit des tondeuses, débrousailleuses, chasses feuilles et tailles haies... 
Curieux de voir notre tente, nos vélos, notre itinéraire déjà fait, ils attendront que nous déplacions notre tente pour tondre l'espace!!  




A Takamatsu nous prenons le bateau pour l'île de Shodo-Shima, le lendemain, sous une pluie battante nous ferons les 10km qui séparent les ports de Kusakabe et Sakate pour prendre le ferry qui nous amènera à Kobe où Hazem et Ilhem nous attendent.
Nous expérimentons les transports en commun japonais... le train pour Himeji et son fameux château médiéval qui est le plus grand et un des plus vieux du Japon. Ce "trésor culturel" du japon porte aussi le nom de « Hakuro-jô » château du héron blanc en raison de sa couleur. Il est construit en pierre et en bois. Sa structure solide est truffée d'astuces et d'idées pour améliorer ses capacités de défense et riposte.
Il était protégé par 3 systèmes d'enceintes constitués de douves de 20m de large.
Son donjon de 46,4m de haut sur 5 étages, est basé sur deux piliers. Le pilier Est, d'un diamètre de 97 cm à sa base, était à l'origine le tronc d'un unique sapin. Le pilier Ouest est le tronc d'un cyprès du Japon, mesurant à sa base 85 cm. 
Le château était une garnison. Des râteliers supportant des arquebuses se trouvent à chaque étage du donjon.
Au pied du château, se trouvent les jardins, celui du thé, des senteurs, des plantes médicinales, et le jardin ornemental autour de son petit plan d'eau.
Régal pour le nez, les oreilles et les yeux!!!
Le 17 novembre, nous longeons Osaka du côté Nord Est. Les journées sont de plus en plus courtes, nous nous installons dans un jardin public et pendant la nuit une grosse averse a inondé notre bivouac... Nous nous réfugions dans les toilettes pour prendre notre petit déjeuner, et attendons une accalmie pour démonter...
Circuler en agglomération est difficile et particulièrement épuisant, il faut sans cesse s’arreter et relancer le vélo... Nous trouvons une piste cyclable sur la digue qui longe la rivière, plus facile... A la tombée de la nuit nous repérons une guest-house et allons frapper... oublier le bivouac tout est encore trop mouillé...
Au Japon, arriver sans réservation: CA NE SE FAIT PAS !.. Nous expliquons au mieux au monsieur notre situation et il accepte de nous héberger pour une nuit! Au sec sur des futons moelleux, bien que le lieu soit déjà occupé par un couple de chinois...
Pour lui, malgré son âge, ce soir là beaucoup de premières fois:
- première fois qu'il ouvre sa guest sans réservation 
- première fois que 4 personnes y sont hébergés ensemble
- première fois qu'il voit un vélo à 3 roues
- première fois qu'il voit des voyageurs à vélo venus d'aussi loin, et depuis si longtemps...
Surpris mais heureux, photos et compliments fusent, il a un peu de mal à nous laisser partir le lendemain... "Vous êtes des gens exceptionnels, extraordinaires!"




Merci pour l'accueil et la belle soirée passée ensemble!

Poussés par le vent sur la digue, nous arrivons à Kyoto vers midi... une foule impressionnante se déplace d'un temple à un autre, beaucoup de japonais en tenues traditionnelles: des kimonos très colorés, portés avec élégance et qui imposent un mode de déplacement particulier... très linéaire...et petits pas pour les geishas.

Hazem et Ilhem viennent nous rejoindre. Contents de se retrouver, nous visitons ensemble le sanctuaire shinto de Fushimi Inari (construit en 711) le temple aux mille portes "torii"dédié à la déesse du riz "Inari" et à la richesse. L'animal représenté est le renard, protecteur. Nous suivons le chemin dessiné sur la colline par les torii vermillon.
Et nous goûterons les "dorayakis"= "délices de Tokyo"... Humm!
Avec Marion et Pierre (rencontrés à Oulan Bator), nous explorons le marché de Kyoto: une promenade dégustation de tout ce que nous trouvons: épices, alevins, algues, graines de soja... et bien sûr le sake! Le ventre plein, nous allons visiter Kiyomizu Dera (778) où nous déambulons et savourons chaque instant, émerveillés: couleurs, structure, beauté du cadre...

Le soir nous allons rejoindre Hannah qui nous réserve un accueil chaleureux dans sa co-location: une maison familiale de 60 ans, typiquement japonaise. Nous dînons sur une “Kotatsu” (table sous laquelle il y a un trou chauffé pour mettre les jambes).  
Hannah férue de l'histoire des kimonos, nous fait partager sa passion en nous montrant son impressionnante collection de kimonos... en 2 heures notre petite encyclopédie sur patte du kimono transforme Bernadette en Geishakimono de soie peint et brodé, datant des années 1960, porté par une femme mariée (le pendant sous le bras est court)... 





Une petite visite du palais impérial de Kyoto et de son immense parc arboré, flamboyant en cette saison, des érables rouges, des ginkos jaune citron, et tant dautres... 

Après une visite de Nara, ses parcs et temples, nous continuons notre voyage, pour Sakuraï.
Nous y rencontrons un vieux monsieur un peu coquin qui fabrique des bijous en jadepierre du japon. Après la visite de ses ateliers, il nous offre à chacun un "Magatama" bijou porte bonheur qui a la forme du japon!   




Nous visitons le musée école du Katana (sabre) : " the Gassan Tradition", 5 ans d'étude pour apprendre la technique et la philosophie du Katana. La fabrication d'un Katana de 90cm selon cette technique prend 3 mois, et pour un Katana de 110cm, 7mois.

Un bivouac derrière un bâtiment désaffecté où nous utilisons des extincteurs pour tenir notre tente, nous partons vers l’Est.   


De nouveau des paysages de montagnesdes forêts de cèdres du Japon, arbres au tronc lisse rectiligne pouvant atteindre 60m de haut.

A Ise haut lieu de pèlerinage pour les shintoïstes, le temple Naiku (construit en 690) est le plus vénéré des sanctuaires shintos au Japon. A l'entrée, sur la rivière Isuzugawa, le pont de 100m de long à la charpente en bois est reconstruit à l'identique tous les 20 ans depuis plus de 1000ans afin de transmettre la technique de construction. Ce dernier date de 2013. L'oeuvre terminé, l’ancien pont est démonté et le bois sert à la rénovation des temples shintos dans tout le pays. 

Par les sentiers nous rejoignons Toba où nous prenons un traversier pour Irago.
Puis nous prenons la route 42 qui longe la côte, une zone maraîchère avec peu de village. 
Le 30 novembre, devant une supérette, "7 eleven" pour avoir wifi et électricité, Yoshi vient nous parler ... le ciel s'assombrit, et la nuit tombe vite... quelques km plus loin, un van est garé sur le bord de la route, et quelqu’un nous fait signe. Ah!! Yoshi! 
Il nous invite à passer la nuit chez lui, mais çà nous fait retourner sur nos pas! Et notre objectif est Tokyo au plus vite! Après quelques refus et hésitations de notre part, il se vexe, insiste tellement que nous acceptons l’invitation! Nous montons les vélos et les bagages dans son van et allons chez lui! 
Quelle belle surprise nous attend!!
Visites guidées du château de Okazaki où nous admirons une armure de Samouraï de 25kg,
du temple Daijuji, des parcs d'Okazaki... et de la fabrique de Miso, ingrédient de la cuisine japonaise fabriqué à partir de graine de soja. Depuis 1645, ils fabriquent du miso de façon traditionnelle. La fermentation dans des fûts de bois varie entre 2 et 5 ans. Chaque fût peut contenir jusqu'à 6 tonnes de produit et est maintenu en pression par 3 tonnes de pierres.
Nous visitons aussi une fabrique artisanale de teinture à l'indigo où nous avons teint nos T-shirts à la couleur des vêtements des samouraïs! 




Le 3 décembre, avec toute la petite famille nous prenons la route pour le Mont Fuji
 “Fujisan”... 
Nous passons l'après midi à 2000m, dans la neige et la glace... Nous bivouaquons ensemble au pied de Fujisan, à la nuit tombée, nous nous réfugions tous dans le van pour cuisiner et se tenir chaud... Par -4°C au petit matin, la tente est glacée dehors et dedans... mais nous assistons au lever du soleil sur Fujisan!!!




Après un petit déjeuner japonais: Ramen, saucisses, et café... Tomo nous offre une grue en origami... et Yoshi nous offre la bouteille de whisky entamée la veille avec Richard en guise d'anti-gel pour les jours à venir... 
Nous quittons nos amis, ambassadeurs de leur région et de leur pays le coeur gros... et tout émus de ces merveilleux moments passés ensemble! Mille mercis Yoshi et Tomo...

Direction le lac Yamanaka... et le spectacle sur Fujisan continue!




Encore une petite montagne à passer, mais voilà que
 notre GPS Maps.me nous envoie dans un chantier et plus de route...le chemin forestier est coupé... Nous dormirons au dessus de cette plantation de thé vert!




Environ 90 km de ville et nous voici au centre de Tokyo: le quartier de Ginza...  Superposition de ponts, routes, voix ferrées, entourés de buildings et le GPS affolé trace une ligne droite à travers les immeubles... en gros "débrouille toi je ne capte plus".


Notre Airbnb dans le quartier d'Asakusa. Chambre de 6m2 avec une fenêtre donnant sur un mur à 50 Cm, WC et douche en commun, nous expérimentons la vie nippone... 
Nous irons souvent prendre l'air au temple Senso-ji où les touristes se promènent dans les "jindikisha" (pousse-pousse), mais aussi, le parc Sumida, la "Tokyo skytree tower", et le parc Ueno où on chante Edith Piaf en japonais!
Shinjuku est la première station de train au monde pour son trafic, à la sortie une marée humaine s’engage à chaque passage piétonnier.
Un tout petit reste du vieux Tokyo “Golden-gai” est blotti entre les buildings, dans les ruelles étroites chaque porte est un minuscule bar ! Environ 300 au total!
La gare de Tokyo, construite en 1914, est un petit joyau tout près du Palais Impérial.
Nous visitons le magnifique musée du Samourai, avec explications et un kata de "iaido" (démonstration de combat au katana).




D
e l'observatoire, au 44ème étage du " Gouvernement Metropolitain” nous admirons Tokyo de nuit.

Nous récupérons nos passeports flanqués de nos visas indien... 

Le Japon c'est 1500km en écarquillant les yeux, 2 typhons, un cadeau chaque jour ... et une petite approche de leur culture ancestrale... de leur mode de vie aujourd’hui!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire